Message du Cardinal Peter K. A. Turkson pour la 6e Journée de prière pour la Paix en Terre Sainte

Print Mail Pdf

terra santa

" Je vous donne un commandement nouveau : vous aimer les uns les autres "

Chers frères et sœurs ,

Je suis heureux d'adresser mes salutations et ma prière à tous ceux qui participeront, de diverses manières, à la prochaine Journée Mondiale de Prière pour la Paix en Terre Sainte.

Cette année aussi, le Saint-Père nous a donné, dans son Message pour la Journée Mondiale de la Paix, une parole d'espérance et d'orientation pour nos vies. En nous préparant, en ces jours, à vivre et à célébrer cette Journée de Prière pour la Terre Sainte, qui prend la suite du mois dédié au Message pour la paix, nous sommes invités à faire nôtres les paroles du Pape François, afin que nous comprenions l'importance de vivre entre frères, fondant chacun de nos efforts de paix sur le commandement du Christ lui-même, d'aimer son prochain comme soi-même .

L'homme, en tant qu'être relationnel , vit de fraternité et de relations humaines. Se sentir frère parmi des frères, est une dimension essentielle pour l'homme et la femme d'aujourd'hui et est l'unique voie possible pour une société juste et une paix stable et durable .

Notre planète, notre monde est caractérisé, depuis un certain temps, par la mondialisation qui, dans un sens, nous a rendus plus proches, raccourcissant littéralement les distances, mais qui, en même temps, a créé ces mécanismes d'individualisme et d'indifférence qui nous ont conduits à nous habituer à la souffrance des autres. Cela va évidemment à l'encontre de l'appel et de la tâche difficile de l'humanité à vivre dans l'unité, en prenant soin de l'autre.

Dans le Message du Pape François nous lisons une déclaration très importante qui ne peut nous laisser indifférents : l'humanité porte en elle une vocation à la fraternité, mais aussi les possibilités dramatiques de sa trahison . La fraternité est générée en Jésus et de Jésus, pour cela, celui qui accepte la vie chrétienne, vit en Lui et dans une famille où tous sont les enfants d'un même Père : et dans cette famille, où tous sont fils dans le Fils, il ne peut y avoir «vies perdues».

Nous savons très bien que, malheureusement, encore aujourd'hui, dans notre monde, beaucoup de conflits demeurent, et l'indifférence semble régner. Face à ces situations, l'Église ne peut que se faire proche car Elle a pour mission de porter l'amour du Christ. La prière pour la paix et le service de tous ceux qui, en quelques manières, sont victimes de ces guerres, jouent un rôle important. C'est dans ce sens que j'entends vivre avec vous tous cette Journée de prière pour la paix en Terre Sainte. Comme des frères, entre frères, nous devons élever le voix pour faire parvenir notre cri aux responsables de la douleur de notre Humanité souffrante : un cri pour la paix appelant à la fin de toutes les hostilités .

Afin d'être en mesure de reconnaître dans l'autre un frère de qui prendre soin, un frère à aimer, la conversion du cœur et le désir de travailler ensemble pour construire une vie qui soit vraiment en plénitude et agréable pour tous, sont nécessaires.

A la fin de ce message, je fais miennes, une fois de plus, les paroles du Pape François, espérant que la prochaine Journée internationale de prière pour la paix en Terre Sainte soit une occasion pour écouter l'Église, la famille de Dieu : nous découvrons en celui qui est à côté de nous, notre frère, et nous allons à la rencontre de l'autre avec le dialogue, le pardon et la réconciliation pour reconstruire la justice, la confiance et l'espoir !

J'aimerais, enfin, saluer les nombreux jeunes qui prendront part à cette Journée : n'ayez pas peur de voir grand pour votre vie et pour la vie des frères et sœurs que le Seigneur met sur votre chemin. Soyez des témoins de l'Evangile et travaillez pour que la paix puisse parvenir à tous les coins de la terre.

Peter K.A. Cardinal Turkson